TREE (Table Ronde des Etudiants en Environnement)
Making student life worth living since Novembre 2012

Préambule (histoire originale de la création de TREE)

Il était une fois dans la belle contrée vaudoise, une école prestigieuse, une école d’ingénieurs, une école joyeuse.

En son sein, se trouvait la plus belle et la plus accueillante des sections : la section de Science et Ingénierie de l’Environnement. Ses membres étaient fiers d’appartenir à cette élite. La renommée de leur donjon n’était plus à faire, un lieu de détente aux terrasses bondées et où les badauds sont toujours certains de trouver des compagnons pour une partie de Chibre. Sa localisation est idéale, au centre de l’école et à deux pas de la taverne.

Mais malgré le prestige de cette section, aucune confrérie ne s’était encore fondée. Fort étrange, me direz-vous. Certes, mais cette situation appartient au passé. La Table Ronde des Etudiants en Environnement (TREE) est dorénavant présente pour faire vivre et pour dynamiser les joyeux lurons qui étudient en section SIE. Pourfendeurs des idées noires et défenseurs de la bonne humeur, ses membres, au travers des différentes commissions, vous divertiront et vous transmettront leur passion pour cette belle section qu’est la SSIE.

La suite, c’est à présent à nous de l’écrire…

 

Buts et intérêts

L’objectif principal de TREE est de faire le lien entre les différentes années académiques au sein de la section par la mise en place d’une plateforme dynamique capable d’accueillir et de stimuler les initiatives étudiantes.
TREE se veut être une association portée par ses étudiants et au service de sa section. Elle vise un esprit de groupe, de communauté, de famille.

Elle défend les intérêts étudiants, entretient et favorise les liens intersections – notamment avec sa faculté, l’ENAC – et promeut les sciences et l’ingénierie de l’environnement à l’EPFL et au-delà.

 

Organisation

TREE est organisé en plusieurs commissions, qui chacune porte un projet, concrétise une idée, et atteint son propre but.
Ces commissions jouissent d’une grande autonomie. Elles organisent leurs activités elles-mêmes et établissent leur propre budget, sous la supervisions d’un responsable de commission. Ce dernier est en contact avec le Comité et les autres commissions.