COMPOST: THE NEW BLACK GOLD
Comment remplacer les engrais industriels, créer de l’énergie ou comment chauffer les habitations en donnant une seconde vie à nos déchets? Tant de questions au centre des préoccupations actuelles. Et si nous avions LA solution? Venez la découvrir lors de notre 2° conférence à 12h30 en Sala Sympozjalna 2 (Uniwersytet Śląski w Katowicach)

COMPOST : THE NEW BLACK GOLD
How do we replace industrial fertilizers, create energy or heat housing giving our waste a second life? So many questions that we’re trying to answer. What if we had THE solution? Come see us and discover the answer tomorrow during our 2° conference at 12h30 in room Sala Sympozjalna 2 (Uniwersytet Śląski w Katowicach)

COMPOST: THE NEW BLACK GOLD
Jak zastąpić przemysłowe nawozy, jak stworzyć energię i jak ogrzewać nasze domy, dając naszym śmieciom drugie życie? Dużo pytań o których warto pomyśleć. A jakbyśmy mieli odpowiedź na WSZYSTKO? Zapraszamy na 2° konferencję jutro o 12.30h w Sala Sympozjalna 2 (Uniwersytet Śląski w Katowicach)

Jour 1 voyage en train

Jesteśmy w Polsce!

Jeudi le 29 novembre 2018

Nous sommes partis hier à 18h de Lausanne pour nous rendre à la COY14/COP24 à Katowice, en Pologne. Ce matin, après le réveil un peu brutal du contrôleur du train, nous avons pu profiter du petit déjeuner servi dans la cabine ! Arrivés à Vienne nous trouvons le bon quai et montons dans le train pour encore 5h de voyage. Des heures très productives pendant lesquelles nous finalisons notre conférence et mangeons un petit bout ! Voilà il est 13h, on est à Katowice, nous nous rendons à la COY14 pour prendre nos badges. Puis direction l’hôtel où l’accueil est un peu moins chaleureux que précédemment.Pour un voyage d’une durée totale de 18h, nous avons économisé environ 189 kg de CO2 par personne en comparaison avec un voyage en avion !Demain sera une journée chargée, au programme présentation de notre conférence et animation d’un stand. Mais avant, direction le centre-ville pour une soirée d’ouverture de la COY aux couleurs polonaises.PS : Félicitations à nos deux bacheliers qui devaient recevoir leurs diplômes ce soir !

Rédigé par Jeanne Estienne

(English version below)Ce matin, nous avons pris notre courage à deux mains pour affronter le grand froid polonais et nous rendre à la COY. Il fait tellement froid que les vitres des abris-bus sont gelés, le béton des trottoirs est gelé ainsi que le bout de nos nez. Heureusement qu’il y a un beau soleil pour nous réchauffer avant qu’il se couche à 15h45.En arrivant à l’université Slaski de Katowice, nous avons pu finaliser les détails de notre conférence et régler tous les petits problèmes techniques. Nous avons ensuite enfin découvert des spécialités culinaires polonaises à la cantine de l’université. Au menu: pierogi, des raviolis fourrés aux choux, épinards ou pommes de terres et krupnik, une soupe à base d’orge et de poulet. Il y avait de nombreuses conférences qui se déroulaient en même temps donc la salle de notre conférence était peu pleine. Cependant, cela nous à permis de rendre la conférence un peu plus interactive. L’échange avec le publique était riche et ils avaient beaucoup de questions. Nous en sommes même arrivés à leur parler de la voie oxalate-carbonate qui permet de stocker du carbone dans le sol que nous avions nous mêmes découvert il y a deux semaines lors d’un Student Talk donné par Eric Verrecchia et organisé par TREE. En se baladant dans Katowice nous voyons que la COP approche. Il y a des ouvriers qui changent la signalisation routière pour l’adapter à la COP. L’enjeu politique de ses acteurs est ressenti par l’importance de la présence de la police. Des membres des forces de l’ordre sont présents à chaque coin de rue. Notre but pour demain est de récolter le plus de réponses possibles à notre sondage et d’essayer d’intéresser les participants pour qu’ils assistent à notre conférence.

Day 2: COY round 1

This morning, we built up our courage to go outside and brave the great Polish cold to go to the COY. It’s so cold that the windows at the bus stations are frozen, the concret of the sidewalks is frosted and the tips of our noses are frozen. Luckily, the sun is out to warm us a bit before it sets à 3:45 pm.When we arrived at the University Slaski of Katowice, we were able to finalise the details of our conference and take care of all the little technical difficulties. We then discovered some Polish specialties at the university’s cafeteria. On the menu: pierogi, dumplings filled with cabbage, spinach or potatoes and krupnik, a barley and chicken soup. There were many conferences happening at the same time, so our conference room was not very full. We were therefore able to have a more interactive conference. Exchanges with our audience were rich as they had many questions to ask. We even ended up talking about the oxalate-carbonate pathway that is a way of stocking carbon in the soil, which we had discovered ourselves only a few weeks ago during a Student Talk given by Eric Verrecchia and organised by TREE. As we walk through Katowice we can clearly see that the COP is only a few days away. There are workers changing the road signs to adapt them to the COP. The political importance of its actors is felt by the presence of the police. Members of law enforcement are present at every street corner. Our goal for tomorrow is to get as many answers as possible to our survey and to try and get participants interested so they attend our conference.
Ecrit par: Marie Rérolle

Jour 3: Derniers instants à la COY1

4One TREE for Climate·Dimanche 2 décembre 2018·7 minutes

(English version below)

Le temps passe vite et voilà que notre troisième jour ici à Katowice est déjà terminé. Aujourd’hui a été une journée bien remplie. Réveil tôt et départ presque immédiat. L’objectif, être à la COY le plus rapidement possible pour pouvoir assister à quelques conférences avant de commencer à préparer le stand et à organiser notre deuxième présentation. Malheureusement, même aujourd’hui, nous avons rencontré quelques problèmes de planification à l’université où se déroulent les conférences, mais grâce à la gentillesse et à la disponibilité des organisateurs, tout a été résolu rapidement. Nous avons donc commencé notre intervention sur le recyclage des déchets organiques à 12h30, plus motivés que jamais, pour conclure en beauté notre aventure à la Conférence de la Jeunesse. Au début, nous avions eu peur, il semblait y avoir très peu de gens, un peu comme hier. Mais quelque minutes plus tard, une personne après l’autre, nous avons atteint un grand public, avec plus de 30 personnes (soit 10% des participants). Les réactions reçues ont été très positives, en particulier en ce qui concerne le dynamisme de la présentation et les différents aspects liés au compostage qui ont été traités. La participation du public a été forte, certains avaient tellement de questions à poser qu’il a fallu presque les arrêter.Grâce à notre stand d’information pour un contact direct avec les participants de la conférence, nous avons également pu répondre à des nombreuses questions et curiosités, restées sans réponse pour certains ou encore faire découvrir le compost à ceux qui n’ont pu assister à la conférence. En fin d’après-midi, nous sommes passés de présentateurs à spectateurs afin de pouvoir participer à la cérémonie de clôture de la COY. La cérémonie a été très intéressante, non seulement à cause des paroles prononcées et les remerciements adressés, mais surtout à cause de la qualité et l’importance des intervenants présents. La Présidente de l’Assemblée Générale des Nations Unies, la Secrétaire Executive de l’UNFCCC, le Président de la COP24, le Directeur de l’Université qui a accueilli la COY14 et enfin le maire de la ville de Katowice ont pris la parole. Nous avons été particulièrement impressionnés par certaines phrases prononcées par la Présidente Maria Fernanda Espinosa, qui a voulu souligner à quel point la présence des jeunes ici est très importante pour eux et comment sans la volonté des jeunes de s’investir dans les questions du changement climatique, l’objectif des COPs n’aurait plus la même signification, ni le même poids. Lors de la cérémonie de clôture, il y a eu aussi le passage du flambeau entre le président fidjien de la COP23 à Bonn et celui de la COP24 à Katowice, un geste symbolique qui s’inspire du flambeau des Jeux olympiques. Après avoir pris une dernière photo de groupe dans les couloirs et les salles qui nous ont accueillis pendant ces trois jours, il est temps de se prendre un repos bien mérité autour d’un bon repas typique polonais. Pour ce soir nous avons réservé dans un petit restaurant rustique, mais recommandé par plusieurs jeunes polonais présents à la COY. Parmi les plats commandés, nous avons pu découvrir une sorte de pâte comme des gros gnocchis à la vapeur : la texture était très étrange, mais la saveur était excellente ! Et maintenant, nous sommes ici, tous ensemble à l’hôtel, en train de débriefer sur la journée, de faire des plans pour la journée de demain et d’envoyer de mails aux personnes que nous avons rencontré ces jours-ci. Je tiens à remercier toute mon équipe, sans qui tout cela n’aurait pas été possible et à saluer avec tristesse Julien, l’un de nos membres qui part malheureusement demain et ne pourra pas être parmi nous dans les prochains jours pour assister à la COP. Ciao a tutti e a presto!! PS : Aujourd’hui, un autre événement remarquable est arrivé ! Notre page Facebook a enfin atteint les 500 likes ! Un grand merci à vous tous de nous avoir suivis au cours de ces années et de nous avoir donné l’envie de faire des événements, des ateliers et des conférences afin de sensibiliser le grand public et les jeunes aux questions du changement climatique !

01/12/2018

Écrit par Andrea Quilici

————————————————————————————————————–

Time passes quickly and our third day here in Katowice is already over. Today has been a busy day. Early wake-up and almost immediate departure. The goal, to be at the COY as soon as possible to attend some conferences before starting to prepare the stand and organize our second presentation. Unfortunately, even today, we encountered some planning problems at the university where the conferences are held, but thanks to the kindness and availability of the organizers, everything was solved quickly. We therefore began our intervention on the recycling of organic waste at 12:30 pm, more motivated than ever, to conclude our adventure at the Conference of the Youth in the best way. At first, we were afraid, there seemed to be very few people, a bit like yesterday. But a few minutes later, one person after another, we reached a larger audience, with more than 30 people. The feedback received was very positive, especially regarding the dynamic nature of the presentation and the different aspects related to composting that were addressed. Participation from the audience was strong, some had so many questions to ask that they almost had to be interrupted.Thanks to our information stand for direct contact with the COY participants, we were also able to answer many questions and curiosities, some of which were still unanswered and others who could not attend our conference were able to discover some things about compost. In the late afternoon, we switched from orators to spectators to participate in the COY closing ceremony. The ceremony was very interesting, not only for the words spoken and the thanks addressed, but above all for the quality and importance of the speakers present. The President of the United Nations General Assembly, the UNFCCC Executive Secretary, the President of COP24, the Director of the University that hosted COY14 and finally the Mayor of the City of Katowice took the floor. We were particularly impressed by some of the remarks delivered by President Maria Fernanda Espinosa, who wanted to highlight how important it is for young people to be here and how, without the willingness of young people to get involved in climate change issues, the objective of the COPs would no longer have the same meaning and weight. At the closing ceremony, there was also the passing of the torch between the Fijian President of COP23 in Bonn and the President of COP24 in Katowice, a symbolic gesture inspired by the Olympic Games torch. After taking a last group photo in the corridors and rooms that welcomed us during these three days, it is time for a well-deserved rest around a good typical Polish meal. For this evening we booked in a small rustic restaurant, recommended by several young Polish people present at the COY. Among the dishes ordered, we were able to discover a kind of pasta like giant steamed gnocchi: the texture was very strange, but the taste was excellent! And now we are here, all together at the hotel, debriefing on the day, making plans for tomorrow and sending emails to the people we have met these days. I would like to thank all my team, without whom this would not have been possible, and to greet Julien with sadness, one of our members who unfortunately leaves tomorrow and will not be able to be with us in the coming days to attend the COP. Ciao a tutti e a presto!!! PS: Today, another remarkable event has happened! Our Facebook page has finally reached 500 likes! Many thanks to all of you for following us over the years and making us want to hold events, workshops and conferences to raise awareness of climate change issues among the general public and young people!

01/12/2018

Written by Andrea Quilici

Jour 4: Reconnaissance des espaces COP publiques

One TREE for Climate·Lundi 3 décembre 2018·4 minutes

(English version below)

Le réveil du dimanche 2 décembre fût riche en émotions : notre cher Julien nous quitta pour satisfaire ses obligations académiques. Heureusement l’arrivée de Blobpz – la mascotte de l’université de Skaiky – nous soulagea. Simon, qui passa une nuit passionnée avec ce dernier, vous en témoignera.Suite à deux journées intenses et laborieuses à la COY, nous avons débuté notre journée par le côté plus administratif de notre mission. Du partage de nos ressentis et de nos idées, en passant par la rédaction d’articles et de mails jusqu’à l’organisation d’éventuels interviews : nous étions loin de nous ennuyer. Bien que nous aurions pu y passer la journée, le devoir nous appela à Katowice, espérant pouvoir participer à une présentation publique liée à la COP. En chemin, nous nous sommes trouvés nez à nez avec une fanfare qui accompagnait l’initiative Light Us présentée à la cérémonie de la veille. Quel hasard ! Nous avons ainsi pu assister à un petit concert de musique polonaise, qui nous aura bien fait sourire.Puis, nous nous sommes rendus au point WWF, dont l’adresse était finalement fausse. Ensuite, nous sommes allés au stand de Greenpeace, remarquable par son ambiance chaleureuse et stylisée. A notre grande déception, l’espace ouvert au public de la COP fût très restreint, voire inexistant. Après nous être rendus dans les endroits susceptibles de nous apporter davantage d’informations, nous avons jugé que 15h00 était quand même une bonne heure pour déjeuner. Nous avons donc fait une escale au marché de Noël où nous avons goûté des spécialités locales et admiré de fantastiques animaux. Ce fut bien drôle lorsque le soleil se coucha avant même que nous finissions notre repas de midi.La bonne nouvelle du jour fût le passage de températures négatives à positives. Bonne nouvelle puisqu’à Katowice, froid ne rime pas avec neige. Nous vous avouerons quand même que nous avons assisté à une mince tombée de flocons samedi dernier. Cette dernière, à la place de nous offrir un paysage lilial, adamantin et féérique nous laissa un sol glissant et un air frigorifiant. Ainsi, ce réchauffement nous a ravi, même si les jambes toujours tremblantes de Marie vous dirons le contraire.Nous avons fini notre journée par une petite visite bien sympathique du centre historique de la ville et, fatigués par ces nombreuses péripéties, nous sommes redirigés vers l’hôtel.

—————————————————————————
On December 2nd our morning was rich in emotions: our dear Julien had to leave us in order o fulfil his academic duties. Thankfully we now have Blobz (the Slaski University’s mascot) to console us. Simon spent a passionate night with our new friend.After two intense days spent at the COY, we began our day with the more administrative part of our mission. From sharing our impressions and ideas to writing articles and emails to try and arrange interviews, we were far from being idle. We could have spent the day working but duty called us to Katowice, as we hoped to participate in a public presentation linked to the COP. On our way, we were surprised to encounter a band that accompanied the Light Us initiative which was presented at the ceremony yesterday. What a coincidence! We were thus able to attend a small Polish music concert, which put a smile on our faces.We then went to the WWF point, where we found out the address was wrong. Then we tried Greenpeace’s stand, remarkable by its warm and welcoming atmosphere. To our greatest deception, the public space in the COP is very limited, or even non-existent. After trying out all the places susceptible to bring us more information, we decided that 3 pm was a good time to stop for lunch so we halted at the Christmas market where we tried different local specialties and admired fantastic animals. We were amused when the sun set before we had even finished our lunch. The good news of the day was the return of positive temperatures. Great news because in Katowice, cold does not mean snow. We will admit that we witnessed a short fall of snowflakes on Saturday. Instead of bringing us a pure white and enchanting scenery, we were left with slippery ground and frosty air. This warming pleased us even if Marie’s always shivering legs seem to say otherwise. We finished off our day with a nice little visit of the historical center of Katowice, and tired by the numerous incidents of our day, we returned to the hotel.
Ecrit par Elisabeth Brugger

Jour 5: COP24

One TREE for Climate·Mardi 4 décembre 2018·3 minutes

(English version below)

La journée a commencé avec une réunion au petit déjeuner suivie par la rédaction d’articles et réponses au mails. Vers midi nous nous sommes rendus en ville pour trouver le musée de charbon que l’on nous avait recommandé. En arrivant nous avons observé et entendu deux hélicoptères ainsi qu’une cinquantaine de voitures de police. Bien que Simon ait montré son badge en papier de haute qualité de la COY, nous avons été informés que le musée ne nous accueillerait pas. Déçus, nous nous sommes consolés avec un repas dans une typique cantine polonaise, au menu des pierogis, des salades, une soupe, des crêpes au fromage blanc et un dessert au chocolat gélatineux et inesthétique. Ensuite, après de nombreuses péripéties, nous nous sommes retrouvés dans la zone bleue de la COP24. Nous avons pu assister à la fin de la conférence de Solar Impulse et nous avons eu la chance d’interviewer Bertrand Piccard, deux fois car la première tentative fût un échec de mémoire de telephone. Après cela nous nous dirigeâmes vers les zones cachées pour obtenir un interview avec la délégation Suisse pour le lendemain. Pour finir notre journée à la COP nous avons assisté à deux conférences dans la zone de la commission européenne. La séance étant suivie de questions, la prise de note fut plus intense que lors d’un cours d’analyse II. Pour finir la journée nous nous sommes rendus au hub Greenpeace pour manger avec nos collègues de Swiss Youth for Climate et discuter nos questions pour les interviews du lendemain avant d’aller attendre notre bus et compter les (15) camionnettes de police qui passaient avec leurs sirènes allumées.
Écrit par Katarzyna Dudka

————————————————————–

The day started with a breakfast meeting followed by article and email writing. Shortly after noon we went to Katowice to visit a coal museum someone had recommended. When we arrived we found ourselves surrounded bu two helicopters and about fifty police cars. Even though Simon showed his high quality COY paper badge, we were informed that there was no way we could go inside. Disappointed, we comforted ourselves with a meal in a traditional Polish cafeteria. On the menu: pierogis, salads, soup, pancakes with cottage cheese and an unappealing chocolate dessert.Then, after a few twists, we found ourselves in the blue zone of COP24. We were able to attend the end of the Solar Impulse conference and interviewed Bertrand Piccard; twice as the first attempt was a cellphone storage failure. After that we headed to more concealed areas to schedule an interview with the Swiss delegation for the next day. At the end our day at the COP we attended two conferences in the European Commission sector. As the session was followed by a series of questions, note-taking was more intense than in analyse II. To finish the day we went to the Greenpeace hub where we ate with our Swiss Youth for Climate colleagues and discussed our questions for interviews for the next day, before heading for our stop and and counting the 15 police vans that passed by with their siren on.
Written by Katarzyna Dudka

Jour 5: finalement à la COP 24

Jour 6- Derniers contacts avec le monde politique

(English version below)

Le retour à Lausanne et aux cours s’approche toujours plus, toutefois l’équipe reste motivée à mener à bien ses objectifs.Le réveil a sonné à 7 heures : une longue journée nous attendait. Malgré l’heure, l’hôtel nous a servi le petit déjeuner en toute vitesse ce qui nous a fourni de l’énergie pour toute la matinée. Tout le monde est fatigué vu le travail tardif effectué hier soir pour la préparation des interviews. La délégation Suisse ainsi que celles d’Autrichie et de France nous ont accordé un moment pour répondre à quelques questions.Chargés de tous nos bagages, nous avons réussi, sans trop de difficultés, à passer les importants barrages de sécurité de la COP. À l’intérieur, nous attendaient une multitude de conférences et de pavillons représentant les différentes délégations. Notre matinée commence par une conférence de presse avec le secrétaire général de l’ONU, António Guterres. Nous nous sommes ensuite divisés en plusieurs équipes pour assister au maximum d’événements et pouvoir récolter le plus d’informations possible. Les thèmes abordés touchaient par exemple, les défis du système alimentaire, l’acidification des océans, la gestion du Green Fund (fond réservé au développement des pays du Global South). De plus, nous avons pu prendre part, dans une immense salle, à une réunion formelle des différents représentants des Parties ; ils se sont exprimés sur des thèmes très divers touchants les lignes d’action pour implémenter les accords de Paris.Le temps passe vite et c’est déjà l’heure de la projection du film « Point of no return », documentaire témoignant l’exploit de Bertrand Piccard et André Borschberg à travers le projet Solar Impulse, développé en association avec l’EPFL. Monsieur Piccard a entre autre pu exprimer ses émotions et ressentis lors de cet incroyable voyage, en émouvant le public entier. La COP n’a pas encore fini de nous surprendre : une welcome party a été organisée et nous avons assisté à deux concerts voulant donner un aperçu de la culture de Silesie. Le premier groupe a joué de la musique populaire en costumes typiques, le deuxième a proposé plutôt un répertoire rock/blues polonais. Tout ceci entouré par un buffet qui était, malheureusement non-végétarien. La salle de concert a aussi servi comme lieu de rencontre car nous avons pu rencontrer et discuter avec le représentant permanent des Seychelles aux Nations Unies, qui a accepté de se faire interviewer. Pendant le concert, la délégation Italienne a finalement pu se libérer et nous accorder quelques minutes. Malheureusement, notre rendez-vous avec la délégation Suisse a finalement été annulé en raison d’une réunion de dernière minute.Une courte nuit et une longue journée de voyage nous attend maintenant, le temps de revenir à la réalité et se préparer à reprendre les cours.

——————————————————————————————————————–
The trip back to Lausanne and to our classes is getting closer and closer, however the team remains motivated to successfully complete its objectives.The alarm clock rang at 7 am: a long day was ahead of us. Despite it being early, the hotel quickly served us breakfast, which would provide us with energy for the whole morning. Everyone was tired as we worked until late last night to prepare interviews. We had meetings with the Swiss, Austrian and French delegations.We managed to get through the COP security with our heavy luggage. Waiting for us inside was a multitude of conferences and pavilions. Our morning began with a press conference with the UN Secretary General. We then divided into several teams to attend as many events as we could and gather as much information as possible. The conferences covered, for example, challenges of our food system, ocean acidification, and the management of the Green Fund. In addition, we were able to take part in a formal meeting of the various representatives of the Parties held in a very large room. They expressed themselves on very diverse themes concerning the lines of action to implement the Paris agreements.Time passed quickly and it was already time for the screening of Point Of No Return, the documentary recounting André Borschberg and Bertrand Piccard’s achievements with Solar Impulse. Mr. Piccard also expressed his emotions and feelings during this incredible journey and moved the entire audience. The COP was not done surprising us: a welcome party was organised and we attended two concerts that gave us an overview of Silesian culture. The first group performed popular music in typical costumes, the second group offered a Polish rock/blues repertoire instead. All this surrounded by a buffet which was unfortunately for the most part non-vegetarian. The concert hall also served as a meeting place as we were able to get to know and discuss with the Seychelles’ ambassador to the United States, who agreed to be interviewed. While we were enjoying the concert, the Italian delegation contacted us to meet them and answer some questions. Unfortunately we could not be with the Swiss delegation as planned, due to last minute meetings.A short night and a long day of travel awaits us now, just enough time to get back to reality and prepare to resume classes.
Ecrit par Lisa Appavou



Jour 7 – Going back home

One TREE for Climate·Jeudi 6 décembre 2018·4 minutes

[English version bellow]

Un, deux, trois… quatre trains plus tard, nous voilà revenu à Lausanne. Après une vingtaine d’heures de trajet, notre équipe est de retour au bercail. Nous profitions des dernières heures pour finaliser et mettre en page nos derniers articles, demain c’est le retour des cours. A l’heure des conclusions, deux grands axes ressortent de ce voyage en Pologne, la COY14 et la COP24. Ces deux sommets nous ont amené à traiter énormément d’informations et à nous adapter rapidement. Donner des conférences interactives et dynamiques est un exercice bien plus complexe que de faire un simple exposé. Le fait d’être venus en tant que conférenciers nous a conféré un statut particulier. Notre travail de préparation nous a permis de répondre aux questions, plus ou moins spécifiques, que nous avons reçues. Il est certain que notre groupe aura emmagasiné énormément d’expériences très utiles pour notre futur, académique et professionnel.La suite de notre voyage, dans la COP24, nous a permis de découvrir le monde de la politique onusienne plus en profondeur. En effet, les différents enjeux et la manière dont ils sont abordés sont difficilement compréhensibles au travers des médias traditionnels. Nous avons eu la chance de rencontrer un grand nombre de délégations, nous permettant de nous faire une bonne image de l’état actuels des négociations. Le large spectre des conférences que nous avons suivi, tant politiques que scientifiques, nous a rappelé à quel point le domaine dans lequel nous étudions est complexe mais essentiel pour mener à bien les négociations sur le climat.Nous avons également mesuré le faste dans lequel la COP se déroule. Les réunions, buffets et autres dîners protocolaires nous feraient presque oublier que le but de ce sommet est de conclure des accords pour réduire les émissions.Néanmoins, nous avons tous eu énormément de plaisir à vivre cette fabuleuse expérience et espérons tous pouvoir repartir à la COP25. Nous désirons, une fois encore, remercier Campus Durable, la Section de Sciences et Ingénieries de l’Environnement et TREE pour leur soutient en amont et tout au long de notre séjour. ________________________________________________________________

One, two, three, … four trains later, we are back in Lausanne. After about twenty hours of travel, our team is home. We took advantage of the last few hours to finalize and layout our latest articles, tomorrow we go back to class. As we make our conclusions, two main axes emerged from this trip to Poland, COY14 and COP24. These two summits led us to process a lot of information and adapt quickly. Giving interactive and dynamic conferences is a much more complex exercise than just giving a presentation. The fact that we came as speakers gave us a special status. Our preparatory work allowed us to answer the questions, more or less specific, that we received. It is certain that our group will have accumulated a great deal of experience that will be very useful for our future, both academic and professional.The rest of our trip, in COP24, allowed us to discover the world of UN politics in greater depth. Indeed, the various issues and the way they are addressed are difficult to understand through traditional media. We had the opportunity to meet many delegations, allowing us to get a good picture of the current state of the negotiations. The broad spectrum of conferences we attended, both political and scientific, has reminded us how complex but essential, the field in which we are studying is, to bring the climate negotiations to a successful conclusion.We also measured the splendour in which the COP takes place. Meetings, buffets and other formal dinners almost make us forget that the purpose of this summit is to conclude agreements to reduce emissions.Nevertheless, this fabulous experience was a pleasure and we all hope to be able to go back for COP25. We would like, once again, to thank Campus Durable, the Environmental Sciences and Engineering Section and TREE for their support before and during our stay. Ecrit par Simon Albers

L’équipe de One TREE est rentrée hier de Katowice, mais ce n’est pas fini pour autant !

La #COP24 continue et pour ça nous serons tous les midis (si la météo accepte) autour des roulottes et de l’esplanade pour vous parler de la COP et du compost !

Venez donc rencontrer Billy l’ours et Super COP avec son vélo cargo ! Ils ont pleins d’infos à partager !